ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL

ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL

Retour

Dans Du mode d’existence des objets techniques, Gilbert Simondon écrivait « la lyre ne peut être entendue que dans le silence ou avec certains bruits déterminés, comme celui du vent ou de la mer, non avec le bruit des voix ou le murmure des foules ; le son de la lyre doit s’insérer dans le monde, comme la statue s’insère. L’objet technique en tant qu’outil, au contraire ne s’insère pas, parce qu’il peut agir partout, fonctionner partout ». Mais qu’en est-il lorsque l’objet technique stimule la création artistique, la fait bourgeonner — pour parler encore comme Simondon —, en cherchant à se dissimuler ou non derrière ses productions ?

Partant de là, on s’interrogera sur la destination poétique et esthétique du numérique, non pas au sens où il permettrait la création de beaux objets — encore que nous ne l’excluions pas — mais au sens où il accompagnerait des actes de création puissants. Actes réflexifs et subversifs, actes faussement ludiques et un brin fantaisistes, actes ancrés sur la contemporanéité, voire hantés par elle.

Aussi écoutera-t-on des artistes-chercheurs qui s’emparent du digital en jouant de sa puissance et de ses effets sur nos existences. Scrutant le son des algorithmes, creusant les surfaces des écrans, ils domestiquent les machines afin d’en saisir les potentiels et de porter à la discussion ce qu’elles font à la création. À quelles sources philosophiques ces artistes-chercheurs puisent-ils et comment ces sources innervent-elles leur travail ? Que veut dire, pour eux, agir seuls ou en collaboration étroite avec des ingénieurs, des scientifiques et des industriels ? Et comment font-ils exister leur œuvres dans les champs étendus de l’art, ces œuvres-miroirs de nos vies connectées, partagées, archivées ? Des penseurs, de leur côté, nous aideront à réfléchir sur le passage de la technique à la télé-technologie, des premiers outils de l’homo faber aux outils qui, aujourd’hui, nous poussent à repenser avec ardeur la question de la création, de la perception et de l’imagination.

Pour faire face au contexte actuel, le colloque se déroulera dans quelques espaces immatériels flottant dans les airs (sur la plateforme Mozilla Hubs). Une manière de provoquer la pensée par rapport à l’idée même de scénographie !

Responsables scientifiques : Ondine Bréaud-Holland, Damien Sorrentino, Mathieu Schmitt
Responsable technique : Michael Lorenzi

ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL
ET SI LES MACHINES S’ÉTAIENT ENDORMIES: POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DU DIGITAL